Siguiri est une ville située au Nord-est de la Guinée. Depuis que le pays s’est ouvert au multipartisme démocratique, cette partie de la Guinée a toujours voté majoritairement RPG. Mais le double scrutin du 1er mars prochain est jugé par certains observateurs comme déterminant. Il s’agit des élections dont les poids lourds de l’opposition ne participent pas. Le Front national pour défense de la Constitution (FNDC), a récemment demandé le départ du chef de l’État Alpha Condé. C’est un pari (risqué) pour le pouvoir s’agissant la tenue de ces élections. (Entretien avec Souleymane Koïta, écrivain, porte-porale du directoire de campagne du RPG-arc-en-ciel à Siguiri).

Comment Siguiri se présente politiquement ?

Souleymane Koïta : Siguiri, vous le savez mieux que moi ,est la capitale du RPG ARC-EN-CIEL bien qu’on y trouve d’autres partis politiques de l’opposition ,mais qui n’ont qu’un électorat minoritaire. Il y’a une population bien éduquée et qui mesure bigrement la portée de la tenue des élections dans une nation de démocratie.

Siguiri va-t-il pleinement voter RPG en dépit de l’existence d’autres partis politiques portés par les fils du terroir ?

Souleymane Koïta : Il y’a, des dizaines d’années, les sages, femmes, jeunes de Siguiri sont se battus pour porter le Président Alpha CONDE à la magistrature suprême du pays .Aujourd’hui, les Siguirikas sont fiers de ce bilan largement positif de ce leader politique d’une certaine aréole extraordinaire. C’est ce même cadre de confiance et de satisfaction qui anime cette population reconnaissante à voter le RPG arc-en-ciel.

A ces législatives, nous présentons ; les meilleurs candidats aussi dévoués, vivant parmi nous, connaissant nos vraies préoccupations, engagés et soucieux du développement de la préfecture de Siguiri.

Nous avons également le meilleur projet de propositions parlementaires en faveur de Siguiri que l’on puisse montrer aux femmes, jeunes, agriculteurs, entrepreneurs, malades, hommes de culture…

Comment le RPG-arc-en-ciel compte-t-il sécuriser les bureaux de vote face à des adversaires qui se déclarent à l’imprévu ?

Souleymane Koïta : Comme d’habitude, nos électeurs vont voter dans leurs bureaux de vote respectifs, ils y passent, toute la journée pour éviter que l’on ne détourne leurs voix. Il y’a un autre aspect de la sécurisation des votes qui incombe aux forces de sécurisation du processus électoral, mais cela ne relève pas de notre pouvoir, mais plutôt l’Etat.

Siguiri, a-t-on appris, est-ce existe une rivalité de leadership entre les membres du directoire ?

Souleymane Koïta : Non, pas du tout, nous sommes le parti politique où les militants respectent beaucoup plus, les règles et principes .Nous avons le directoire préfectoral de campagnes, les directoires sous-préfectoraux et un communal au niveau de la commune urbaine. Au-delà, nous avons un comité d’appui qui sert d’instrument spécial.

La preuve, je m’exprime ici, au nom de toutes les structures impliquées dans le processus de séduction de l’électorat à Siguiri et M. Abdoulaye Magassouba tient le gouvernail de notre bateau.

L’espoir est-il permis au soir du 1er mars ?

Souleymane Koïta : J’affirme oui et sans ambages, car Siguiri est et restera derrière le président de la République et sous les couleurs du RPG arc-en-ciel.

Il est permis, car nous sommes conscients de tous les enjeux liés à ce scrutin qui donnera une large victoire au OUI au referendum. Nous sommes des démocrates et nous voulons une constitution qui obéit aux modes d’adoption d’une constitution en démocratie et qui évolue avec les sociétés.

Propos recueillis par Makoura