Officiellement, aucune annonce n’est faite pour ouvrir les frontières terrestres entre, d’une part, la Guinée et le Sénégal, et de l’autre, la Guinée et la Guinée-Bissau. Tous ces trois pays partagent des frontières qui permettent à une meilleure intégration économique de la région. Mais au sortir de la Guinée à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, qui a permis Alpha Condé de briquer le troisième mandat, l’Etat guinéen avait mis en exergue des raisons sécuritaires qui ont prévalu dans la fermeture des frontières de la Guinée à l’égard de ces trois pays : la Sierra Léone, le Sénégal et la Guinée-Bissau. Craignant des représailles économiques, illico, le président Sierra-léonais, dit-on, aurait plaidé Alpha Condé d’ouvrir le long des frontières que son pays partage avec la Guinée, c’était à l’occasion d’une visite officielle du président Julius Maada Bio à Conakry, 15 février 2021. Une « visite éclair » qui aura permis cette désescalade diplomatique.

Le cas du Sénégal et de la Guinée-Bissau n’est pas encore évoqué officiellement. Le président Alpha Condé en a quand même profité, à travers une interview avec Jeune Afrique, d’évoquer le problème sécuritaire, et de déduire que les autorités des deux pays [Guinée-Sénégal] devraient prendre des mesures pour parvenir à la réouverture des frontières. Ce qui est déjà une bonne intention de la part du président Alpha Condé, mais sauf que cette intention tarde à se matérialiser en action concrète.

Loin de l’orgueil souverainiste, la Guinée a besoin du Sénégal.  L’économie informelle de la Moyenne Guinée dépend en grande partie du Sénégal. Des pompes de terre, oignons et autres légumes de la Guinée vont au Sénégal en passant par le Fouta – cela pourrait faire souffrir les populations de cette localité de la Guinée si les frontières ne sont pas ouvertes.

Vent en poupe, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Ibrahima Kalil Kaba, semble afficher le bon climat de dénouement entre la Guinée et ces pays – mais pourra-t-il faire entendre raison le chef de l’exécutif de mettre en arrière-plan des comptes personnels et de voir le peuple de Guinée ? Attendons de voir dans les jours ou mois prochains si le premier des Guinéens pourra accepter cette demande.

Par Makoura