« Une jeunesse qui, dans un passé récent, était dans un engrenage de manipulation politique, ethnique et de régionalisme sans précédent. En réalité, vous constituez un atout majeur pour le rassemblement, le développement et la réconciliation autour du peuple de Guinée. Conscient du rôle crucial que vous jouez dans la société, je peux vous garantir que vous serez au cœur des priorités des actions gouvernementales. Que ça soit clair pour tout le monde : il n’y aura pas de recyclage… », souligne le président autoproclamé de la Guinée, colonel Mamadi Doumbouya. C’est la partie de son discours qui a galvanisé la salle du palais du peuple, remplie d’associations de jeunesse, ce jeudi 23 septembre 2021.

Le chef putschiste rêve de bâtir une nation forte et entend humaniser l’économie guinéenne et cela passe par la jeunesse. Les putschistes chérissent la jeunesse en rappelant le poids celle-ci dans la démographie. C’est pourquoi, il est important, dira, que la consultation amorcée doit accorder l’attention particulière de la jeunesse. Les putschistes comptent recevoir de la jeunesse des recommandations fiables pour engager une transition salutaire dans l’intérêt supérieur de la nation.

À l’analyse de son discours, fut-il « populiste », doit pousser la classe politique guinéenne à la réflexion et à s’unir devant le mur. Ces militaires entretiennent encore le flou autour de cette transition. La durée de la transition n’est pas encore déclinée. Alors que la Cédéao semble être sur la bonne voie en mettant la pression derrière les putschistes afin d’indiquer la durée de la transition et de libérer sans condition Alpha Condé. Il s’agit de deux exigences qui n’ont pas trouvé encore de réponse de la part des putschistes.

Par Makoura pour www.alerteur.com