Opinion.

Depuis le 5 septembre 2021, les nouveaux maîtres de la Guinée font du cas Alpha Condé un secret du palais, à tel point que les rumeurs évasives ont fini par être les fresques d’information au sujet de la santé de celui qu’on appelle désormais « ancien président », Alpha Condé, renversé par le Groupement des Forces Spéciales (GFS).

À ce jour, il existe peu d’informations au sujet du leader historique du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), Alpha Condé, même nonobstant la version officielle des autorités de la transition, qui assurent plutôt aux populations qu’Alpha Condé « réside à Landréah », chez son épouse et qu’il « va bien » ; plus loin, le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoul Diallo déclarait récemment dans la presse que l’ancien président ne voulait pas voir les ténors de son Parti. Il s’agit des propos qui ont fait réagir les partisans d’Alpha Condé jusqu’à en appeler à des manifestations dans tout le pays pour sa libération.

La Cedeao avait émis une once d’espoir quant à la libération d’Alpha Condé. L’ex-secrétaire générale du Ministère des Affaires étrangères, Fanta Cissé, avait assuré à la délégation de la Cedeao qui a séjourné à Conakry dès la prise du pouvoir, dont à sa tête Jean-Claude Kassi Brou, que le principe de la libération d’Alpha Condé était acquis. Mais plus tard, la junte s’était opposée publiquement à cette déclaration. En effet, un communiqué est venu contester catégoriquement à la demande de la Cedeao, qui fait le cas Alpha Condé une de ses exigences à l’endroit de la junte au pouvoir en Guinée.

Aujourd’hui, plus rien ne rassure que le CNRD dit vrai au sujet d’Alpha Condé. Ses militants n’ont pas accès à lui, pas même un flash de caméra pour montrer à la population que tout va bien chez Alpha Condé. Et pendant ce temps, les internautes larguent des rumeurs sur les réseaux sociaux dans tous les sens au sujet d’Alpha Condé. Le CNRD doit être obligatoirement dans la clarté vis-à-vis du peuple de Guinée.

 

Par Mory Sidibé