La Guinée n’est pas en manque des fils et filles compétents. Souvent, le regard s’arrête seulement au premier plan au sein de chaque ministère qui ne permet pas de voir des têtes bien faites. Il s’agit des hommes et des femmes qui ne disposent pas le rôle de leadership à prendre des décisions pour faire bouger les lignes. Ici, la liste n’est pas exhaustive. Mais nous avons juste jeté la bonne observation pour démêler le vrai du faux s’agissant de la qualité des hommes et des femmes devant assurer les futures responsabilités au sein du Gouvernement de transition. Une manière d’attirer l’attention des nouvelles autorités que le pays a besoin de tous ses fils et filles pour s’inscrire dans la dynamique de la refondation de l’Etat, enclenchée par le CNRD pour doter la Guinée des institutions fortes et d’une démocratie vivante.

1-Saadou Nimaga

Il relève de cette liste qui attire l’attention de nos analystes maison. Son nom revient de façon asymétrique dans les propositions faites à la junte. Il est un jeune très discret-  et souvent loin des tintamarres. On le surnomme au ministère des Mines l’architecte de la réforme. Les gens le torpillent parce qu’il possèderait les grands secrets et la clé de la réforme au niveau de ce secteur stratégique, porteur de croissance. Il est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieures des Mines de Paris, bénéficiant du savoir-faire des questions minières relatives aux enjeux fiscaux de la convention minière en Guinée…

Saadou Nimaga est aussi le produit de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de Paris, spécialisé en Administration, Economie et Finances Publiques. La liste est longue. Il est titulaire du Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en Administration et Gestion Publique de l’Université de Paris II.

Au-delà qu’il soit spécialiste de l’Administration et de la gestion publique, Saadou Nimaga maîtrise les procédures des institutions locales, nationales et internationales ; maîtrise aussi les outils de gestion et de contrôle des finances publiques locales et nationales ; Expert senior de l’Administration Publique des Mines ; Juriste senior en négociation, rédaction et examen de contrats, de conventions, de lois, de décrets, de circulaires et d’autres textes juridiques de l’analyse juridique de tous dossiers et de contentieux etc.

2-Mamadou Gando Bah

Mamadou Gando Bah

Mamadou Gando Bah est un excellent cadre. Il est en service présentement au ministère de l’Economie et des finances. Discret aussi. Diplômé de l’École Nationale D’Administration (ENA) et de l’Ecole Nationale des Finances Publiques (ENFIP) de la France. Il a notamment intervenu sur plusieurs sujets économiques. Titulaire d’un Master en Administration et finances publiques à l’Institut d’Etudes politiques de Strasbourg. Maîtrise en Droit public à l’UGANC. Mamadou Gando Bah attire beaucoup l’attention des intellectuels. Il possède un savoir-faire dans les finances publiques et auteur d’un livre du même nom.

Expériences professionnelles :

– Inspecteur du trésor de 2014 à 2015

– Inspecteur d’Etat depuis 2016 (major au concours de recrutement)

– Depuis juillet 2019, Conseiller technique au Ministère de l’Economie et des Finances

PUBLICATIONS :

– Finances publiques chez le l’Harmattan 2019 ;

– La politisation des Administrations publiques en Afrique Chez l’Harmattan 2021.

– et plusieurs autres articles.

PRIX / RECONNAISSANCES :

– Médaille de mérite décernée par le ministère des affaires étrangères de la France 2013.

3-Fanta Cissé

Fanta Cissé

Elle assure présentement l’intérim du ministère des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger. C’est une christiane Taubira, parce qu’elle ne recule devant rien. Sa gestion de l’arrivée de la mission de la Cédéao illustre son savoir-faire sur des questions de la diplomatie.

Elle fut membre du Conseil d’administration du Fonds fiduciaire de l’Union Européenne (FFU) en République de Guinée… Plus de 18 ans d’expérience dans la gestion des grands programmes de renforcement des capacités dans le secteur public et privé à l’échelle nationale et mondiale, avec un accent multisectoriel ; Excellente aisance relationnelle, connaissance intime du paysage des partenaires au développement et des bailleurs de fonds ; Solides réseaux en Afrique et dans le monde; Connaissance en diplomatie de haut niveau, démontrée au sein de diverses organisations de classe mondiale, y compris l’Organisation Mondiale du Commerce, l’ONU, la Banque Mondiale et l’Union européenne. Fortes compétences managériales, rigoureuse et conscience permanente des objectifs à atteindre…. la liste est longue !

Par Dian Bah pour www.alerteur.com