La sortie d’Emmanuel Macron le 20 novembre dans (JA) relative à la réélection d’Alpha Condé, a semblé rassurer certains opposants guinéens dans l’idée que [les dés sont jetés] concernant la position dure de la France à l’égard du pouvoir d’Alpha Condé.  L’opposant principal au candidat du RPG, Cellou Dalein Diallo, s’était d’ailleurs exulté de cette annonce de Macron : « je pense que la situation est grave en Guinée pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée », a déclaré le président français, à la faveur d’une interview qu’il a accordée à JA.

Mais les jours ont passé, y compris des effets d’indignation de nombreux guinéens – occasionnés par cette sortie de Macron –  ont certainement fait évoluer la position de la France dans ces derniers jours concernant les résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Pour l’heure, on ne sait pas grand-chose sur le fond de ce changement de ton de Paris sur la réélection d’Alpha Condé, mais par contre, une idée émerge dans les milieux diplomatiques, évoquant des appréhensions de Paris sur l’avancée diplomatique de la Chine et de la Russie en Afrique. Ces deux pays sont aujourd’hui en première ligne en matière d’investissement massif en Afrique. Il s’agit d’un véritable enjeu pour la France, qui est en train de mûrir d’autres stratégies afin de contrer ces deux grandes puissances auprès du vieux continent. Emmanuel Macron n’a donc pas de choix en transmettant à Alpha Condé ses vœux de succès pour sa réélection. Désormais, les carottes semblent cuites s’agissant d’un possible refroidissement diplomatique entre la Guinée et la France. L’opposition guinéenne serait peut-être sur le point de baisser les armes.

Makoura pour www.alerteur.com