Au sortir de l’élection présidentielle du 18 octobre – dont il est déclaré gagnant, Alpha Condé entend marquer les points pour adhérer à sa cause l’opinion publique. Mais en le faisant, il doit annoncer les couleurs sans contraste du combat contre la corruption – qu’il veut en faire ses lettres de noblesse pour gagner une certaine notoriété vis-à-vis des bailleurs de fonds mais aussi assurer les électeurs qui n’ont pas voté pour lui. Il s’agirait éventuellement de découvrir les petits vaniteux au sein de l’administration publique qui détournent l’argent public sans gêne. Mais la bonne foi du président se mesurera par la formation de son nouveau gouvernement, s’il entend dissocier compétence et militantisme.

Le combat d’Alpha Condé [doit normalement commencer au niveau des DAF appelés (518), ensuite des régies financières], c’est le vœu collectif de certains citoyens.  Il s’agit des entités où les petits vaniteux ont créé un club d’amis pour broyer l’argent public. Mais nombreux sont des citoyens qui en doutent de cette volonté du chef de l’Etat à continuer cette noble lutte contre le détournement. Après dix ans passés à la tête de l’Etat guinéen, Alpha Condé est attendu au tournoi des annonces – s’il liera la parole à l’acte.

Oumar Konaté pour www.alerteur.com