Depuis le 5 septembre 2021, la Guinée connaît un nouveau chapitre de son histoire qui s’attire également le vent exotique d’un putschiste venu de l’extérieur, qui a procédé le coup d’Etat pour renverser Alpha Condé. L’âge des putschistes projette l’espoir dans le but de mettre fin aux vieux démons.

De l’avis de certains observateurs, ce coup de force est une opportunité pour atténuer l’ethnocentrisme. L’auteur du coup de force, Mamady Doumbouya est originaire de la même région que le président déchu Alpha Condé. Le ciment communautaire qui a toujours accompagné les différents dirigeants guinéens et les patrons des partis politiques, va certainement diminuer.

Les nouveaux dirigeants de la Guinée ont promis de mettre fin au mal guinéen. Un désir qui entend refonder les institutions républicaines. Mais cette propension peut être possible si le chef putschiste est intègre dans son âme et qu’il ne soit pas une marionnette aux mains des intérêts égoïstes. Ce qu’on peut reprocher à Alpha Condé, c’est bien le mandat de trop et vu son âge de 83 ans. Avec le recul, l’histoire retiendra que c’est celui qui a mis les jalons du développement de la Guinée. Ses projets énergétiques et ceux déjà réalisés sont un tremplin majeur pour le décollage économique de la Guinée. Ce qui lui restait comme tâche principale était de mettre fin à la corruption et moraliser l’administration publique, qui était devenue la vache laitière des élites.

Par Dian Bah pour www.alerteur.com