Des raisons nous amènent à douter de la sincérité du Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Ibrahima Kassory Fofana, à l’occasion de la déclaration de politique générale du gouvernement pour cette année 2021, l’ère par excellence de la quatrième République.


Ce nouvel engagement du Premier ministre intervient dans un contexte tendu, dit-on, concernant sa ‘’difficile relation’’ avec le président Alpha Condé, dont la visite du dernier chez le premier a créé le déclic pour un nouveau départ de la gouvernance dite ‘’gouverner autrement’’. Il convient de rappeler que le sujet était devenu un secret de polichinelle amenant les langues à prédire la démission de Kassory Fofana. Sa déclaration de politique générale du gouvernement a été quand même l’occasion pour bon nombre d’observateurs de passer au crible des nouvelles promesses de l’exécutif. Le fait même pour Kassory Fofana de rappeler son bilan devant les honorables députés en dit long qu’il serait loin désormais de servir de ‘’bouc émissaire’’ pour le président Alpha Condé dans toutes les situations.

C’est le cas d’ailleurs quand il rappelle aux députés de sa venue à la Primature. ’’ le contexte d’alors était marqué sur le plan intérieur par des tensions et convulsions sur fond de grèves syndicales, de manifestations politiques à répétition, et une insécurité forte pesant sur la quiétude des citoyens et sur le cours normal des activités économiques. L’autorité de l’État était bafouée et son fonctionnement normal gravement perturbé. Nous avons su trouver une issue aux grèves récurrentes, notamment celles des enseignants. L’esprit de responsabilité et la collaboration des partenaires sociaux ont permis à nos enfants de retrouver le chemin de l’école ’’…

Le Premier ministre loin d’être naïf, rappelle aux députés de la mouvance pour avoir sauvé le régime Alpha Condé des soubresauts à la fois politiques et syndicaux. Cette partie du discours du PM, c’est du ‘’politiquement correct’’ dans l’optique peut-être qu’il se préparerait pour mieux sauter concernant sa future relation avec Alpha Condé.

Portons par exemple le regard quand il évoque le cas Yéro Baldé, le ministre de l’Enseignement supérieur d’alors qui a quitté le navire du système Alpha Condé lorsqu’il était question de la nouvelle Constitution, devant les honorables députés, Kassory Fofana s’assume et affirme qu’il regrette le départ de celui-ci. Une incohérence qui rappelle par ricochet que lui-même en était le fil conducteur du changement constitutionnel en Guinée, et qu’il avait-même demandé l’engagement de tous les ministres pour cet idéal.

L’autre cas qui a créé l’émoi dans l’opinion, c’est bien le sujet de la démolition des maisons. Un Premier ministre qui dit qu’il n’en sait pas qui aurait donné l’ordre de casser les maisons. Partant de cette partie de son passage au parlement, amène tant de guinéens à douter de sa sincérité s’il a vraiment les deux pieds dans l’actuel système, au-delà des théories qu’il présente aux Guinéens, outre, s’il est résolument prêt à accompagner Alpha Condé. Mais attendons l’avenir !

Par Makoura pour www.alerteur.com