Ce n’est pas un saut dans l’inconnu. Alpha Condé fait figure de proue en connaisseur de l’histoire de la Guinée ; dans un discours courtois et apaisé, pas certainement comme il a l’habitude de parler avec une certaine force, le président de la République chérit la jeunesse à connaître davantage son histoire.

C’était ce mardi 17 décembre, au cours de la cérémonie de la 4e édition de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix en abrégée (SENACIP) dont lui-même a présidé. Le thème de cette année est : :« Voter : droit et devoir des citoyens, user de vos droits, faites vos devoirs ».

Dans son intervention, le ministre Mamadou Taran Diallo a invité les hommes politiques à comprendre la nécessité du vote : « le vote est un moment de compétition et non de confrontation. Le vote est un droit sacré que notre Constitution reconnaît à chaque citoyen majeur, qui doit l’exercer effectivement et librement. (…) Ces messages, appels et plaidoyers sont ceux que nos équipes constituées de 5642 cadres du département, d’activistes de la société civile, d’administrateurs territoriaux, de nombreux jeunes et femmes, épris de la paix vont relayer pendant la semaine de la SENACIP sur l’ensemble du pays », déclare-t-il.

De son côté, le président de la République a invité les étudiants à apprendre l’histoire de la Guinée pour mieux juger les anciens dirigeants et actuels du pays : « « Il est extrêmement important que la jeunesse connaisse l’histoire de son pays. Car, c’est adossé au passé et assis sur le présent qu’on va vers l’avenir. Tant qu’on ne connaît pas son passé, on ne peut pas construire un bel avenir. Donc, le débat politique, lorsqu’un homme politique est sûr de son programme, il s’adresse à l’intelligence, c’est-à-dire, il essaie de vous expliquer : voilà ce que je vais faire ; et, vous jugez si c’est bon ou pas. Donc, il s’adresse à ce qui est objectif, ce qui vous permet de réfléchir et de faire un bon choix.

 Mais, quand il n’a pas un bon programme politique, il s’adresse au subjectif : la religion, la race… Ça, ce n’est pas la politique. Parce que la politique, c’est définir des objectifs que le peuple voit et que le peuple peut juger si les objectifs que vous avez définis, pour lesquels ils ont voté pour vous, ont été atteint. S’ils ont été atteints, ils continuent à vous faire confiance, s’ils ne sont pas atteints, ils vous tournent le dos. Malheureusement en Afrique, très souvent, particulièrement en Guinée, on tire beaucoup des arguments subjectifs. Donc, on ne permet pas aux gens de réfléchir. C’est très grave parce que la population guinéenne est très jeune. C’est pourquoi, j’incite la jeunesse guinéenne à connaitre l’histoire de son pays », affirme Alpha Condé.

Il est à noter que durant cette semaine plusieurs activités sont prévues afin de promouvoir une culture citoyenne.

 

 

Oumar konate