Bien que le gouvernement veuille fermement assainir le secteur des ventes de médicaments, la situation actuelle montre une autre réalité du terrain. De nombreux Guinéens n’ont pas les moyens d’acheter de véritables médicaments par manque d’un véritable pouvoir d’achat. Que personne n’ignore, quand le citoyen s’en procure le médicament chez un marchand ambulant, cela est un problème de santé publique. À Kankan, pour se traiter, nombreux sont des citoyens qui se tournent vers les médicaments exposés sous le soleil et sur le trottoir.

Rencontré au marché Dibida, Asssetou Komah, vendeuse des produits pharmaceutique, nous expliques qu’elle a pour clients les femmes du ménage. ‘’Quand les clientes viennent, je m’intéresse à elles ; et elles font des achats, je ne gagne pas mal d’argent dans ce commerce.  Je viens au marché à15 heures au moment où le soleil est moins ardent, et je reste ici jusqu’à 18 heures et je rentre à la maison. Je gagne de l’argent avec la vente des médicaments pour les femmes, il s’agit des paracétamols, appetitins, les femmes aiment beaucoup acheter ces médicaments, si tu ne manges pas, il y a des médicaments pour ça, tu vas grossir bien même, les médicaments des maux de ventre, le secret des femmes surtout », a-t-elle révélé.

Vu les conséquences que ces médicaments ont causé sur l’organisme humain, YOMBA LENO, laborantin, spécialiste et professeur à l’université Julius Nyeréré de Kankan, revient en détail sur le sujet. ‘’la vente ambulatoire des médicaments est un phénomène qui prend beaucoup d’ampleur et pourtant il y a des véritables conséquences, parce que les médicaments qui sont déjà emballés sont des molécules si les gens les prennent pour les exposer au soleil alors ça peut perdre les propriétés chimiques, parce que les molécules avec la chaleur se détériorent. Les molécules ne pourront pas jouer le rôle qu’ils devraient jouer et le phénomène qui est d’ailleurs dangereux, ça peut être toxique pour l’organisme et c’est ça qui cause les maladies de foie, parce que c’est le foie qui purifie l’organisme’’.

Ensuite, il prodigue des conseils à l’endroit des populations de Kankan d’éviter d’acheter des médicaments exposés au bord de la route. ‘’Moi, je ne dirai pas que c’est la faute de l’Etat, l’Etat fait déjà beaucoup quand tu es malade tu pars à l’hôpital et maintenant tu viens acheter les médicaments à terre sous le soleil, mais je pense que tu créés autre maladie encore hors je conseille à la population de ne pas acheter les médicaments exposés sous le soleil’’.

Il convient de rappeler qu’à l’heure actuelle, le service de contrôle de la qualité ne prévoit aucune mesure pour mettre fin à cette pratique et les citoyens préfèrent toujours acheter des médicaments sur le marché informel plutôt que dans les pharmacies.

Saran Camara

Tel : 621 51 87 59